La phytoremédiation et la qualité de l’eau

Pour de nombreuses raisons et notamment pour réduire les risques d’inondations, la gestion de l’eau de pluie sur le territoire urbain fait l’objet de plus en plus d’attention, de la part des autorités, des secteurs professionnels concernés... C’est une affaire qui nous concerne aussi, nous citoyen-nes. Mais peut-on infiltrer l’eau comme on veut dans le sol où la conduire vers des exutoires naturels (cours d’eau, étangs, zones humides) sans risques de pollutions des sols et des eaux ?

En désimperméabilisant les sols, l’eau et ces derniers vont interagir de plus en plus. Entre gestion de la quantité des eaux de pluie de ruissellement et gestion de la qualité des eaux de surface, peut-être y a-t-il une place pour la remédiation par les plantes ou par d’autres éléments du vivant. Un début d’enquête citoyenne et néanmoins experte qui évoluera petit à petit.

Articles de cette rubrique

  • La phytoremédiation et la qualité de l’eau

    une affaire citoyenne ?

    , par Michel Bastin

    Exposition présentée au Marais Wiels au cours des Journées bruxelloises de l’eau 2022. Elle traite, en quatre volets, de la question du potentiel de la phytoremédiation en termes de restauration des cycles de l’eau et du vivant.
    Des liens, ci-dessous, vous invitent à ouvrir chacun des quatre volets (...)

Type: rubrique
Composition: rubrique
Squelette: squelettes/extra/rubrique.html