La phytoremédiation et la qualité de l’eau une affaire citoyenne ?

, par Michel Bastin

Exposition présentée au Marais Wiels au cours des Journées bruxelloises de l’eau 2022.
Elle traite, en quatre volets, de la question du potentiel de la phytoremédiation en termes de restauration des cycles de l’eau et du vivant.

Des liens, ci-dessous, vous invitent à ouvrir chacun des quatre volets de l’exposition.

Rédaction : Nawal RAMY, Michel BASTIN, - Relectures : Dominique NALPAS -
Infographies : Mikel Fernández García
MEP M. BASTIN - Avec le soutien de Bruxelles-Environnement.

Contexte

(Voir article...)

L’expo

NB : vous pouvez également télécharger l’exposition dans son ensemble (I panneau 2 et quatre panneaux A1 en cliquant sur ce lien.

Les eaux et sols

Notre enquête nous amène d’abord à nous intéresser aux eaux, plus particulièrement aux eaux de ruissellement en zone urbaine, et aux sols, aux sous-sols sous la ville. Et aux interactions entre eaux et sols (infiltration ou non, etc.). - Voir pdf ici.

Les polluants

Ensuite, nous nous devons de nous intéresser aux catégories de polluants, qui contaminent les sols et les eaux avec une attention particulière à ceux que l’on retrouve potentiellement dans les eaux de ruissellement. - Voir pdf ici.

L’enquête…

L’enquête elle-même nous mène à penser plusieurs étapes, qui, si elles peuvent se chevaucher, être concomitantes, nous conduisent néanmoins progressivement à un choix, des choix, des décisions à prendre : si pollution il y a, que faire, comment agir ? - Voir pdf ici.

Les catégories de phytoremédiation

Si pour dépolluer des eaux, des sols, nous pouvons opter pour des techniques douces, qui font appel aux potentiels de nombreuses espèces de plantes et à des interactions entre elles et les organismes qui vivent dans le sol (champignons, bactéries…). Phytoextraction, rhizodégradation, phytostabilisation kesako ? - Voir pdf ici.

Type: article
Composition: article
Squelette: squelettes/extra/article.html