Cinquième café des savoirs du Molenbeek et suites

, par Michel Bastin

Quatre cafés des savoirs ont eu lieu, à raison d’un par commune de la vallée du Molenbeek…

Il en ressort nombre d’observations, d’idées, d’histoires, etc. relatives à l’eau et au paysage dans la vallée.

A la lecture de ces quatre cartes, quelque chose selon nous, semble s’esquisser. Quelque chose qui nous semble plus que la somme des parties…, plus qu’une juxtaposition de points. Un réseau se trame.

Affiche Odile ZAÏT

Le cinquième café des savoirs a eu lieu le 5 décembre 2023 à PLOEF - 100 à Jette.

Retrouvez ici le diaporama projeté ce soir-là.

Voir ici à propos des cafés des savoirs et ici une carte de synthèse.

Nous avons traité ce soir-là qui ressortait des quatre cafés des savoirs précédents.
Plus précisément, nous avons réfléchi à comment cette vision pourrait se prolonger sur la notion de bio-région et se décliner :

- sous la forme de propositions réalisables (créer ensemble une balade – un itinéraire qui serait publié fût-ce en ligne), dans une évolution de la cartographie..

Si la thématique de l’eau reste... le fil bleu conducteur, elle ouvre à de nombreux intérêts liés à tant d’attachements différents à notre territoire : auprès d’artistes, d’habitant-es, d’actrices et acteurs du social et de la culture, d’observatrices et observateurs de la nature, de cultivatrices ou cultivateurs pros ou du dimanche, d’artistes pros ou du dimanche, de commoners (concept en passe de s’officialiser à Bruxelles)… ,

La bio-région ?

Nous reprenons ici le chapeau d’introduction à la vidéo de Mathias ROLLOT (cf infra). « le concept de bio région, imaginé dans les années 70 aux États-Unis » à l’époque en pleine remise en question des certitudes qu’apportaient le progrès ouvre « la possibilité d’inventer de nouveaux modes de vie. En dépassant les limites administratives, il permet de déployer un imaginaire plus qu’une cartographie finie, d’un territoire à habiter mieux, à ré-habiter. »

Une approche ancrée...

« Si nous devons changer nos vies et nos façons de faire – pour, éventuellement, être mieux préparés à l’avenir tout en nous montrant moins prompt à en favoriser les scénarios les plus catastrophiques –, alors concrètement apprendre à changer en ce sens, où vivre écologiquement dès à présent, rencontrer celles et ceux avec qui nous pourrons changer de la sorte ? opérer cette transition-là, vers un autre soi plus écologique ? , le plus concrètement possible, devenir quelqu’un d’autre ? Travailler avec une approche centrée sur le «  », c’est faire redescendre les questions théoriques à un réel géographique concret, qu’on peut parcourir et discuter avec d’autres, qu’on peut envisager avec son corps, observer, modifier soi-même et ensemble. »

Extrait de « Où devenir autre ? », Mathias Rollot | 3 janvier 2023 sur le site Topophile

Pour en savoir un peu plus ?

Lien vers une courte séquence vidéo de Mathias ROLLOT

Lien vers un article rédigé par le collectif Hydromondes (France)

Voir aussi éditorial